FOIRE au CINQUANTENAIRE en avril

Le Collège des Bourgmestre et Echevins de la Commune d’Etterbeek (Liste du Bourgmestre, Groen/Ecolo, PS/SP) a décidé d’autoriser – cette année – la foire sur la petite esplanade du parc du Cinquantenaire (c-à-d l’espace pavé devant les grilles du parc côté Merode) au mois d’avril

Le groupe DéFi, dans l’opposition au Conseil communal, à toujours estimé que c’était une mauvaise idée :

Pour les forains eux-mêmes : l’espace nous semble   trop petit pour les dix attractions annoncées.

– Pour les habitants riverains (avenue de l’Yser, avenue des Gaulois, avenue de Tervueren ) et ceux des environs car le bruit risque de s’entendre de loin. 

Pour votre information : la Foire s’installera dans la nuit du 9 au 10 avril et jusqu’au 13 avril. Elle fonctionnera (luna park, moulins, tir, pêche aux canards, friterie… ?) avec un groupe électrogène du 10 au 25 avril 2018.

 Les horaires autorisés sont de 15h à 21h30 sauf le mercredi et samedi de 13h à 21h30 et le dimanche de 11h à 21h30.

Personne ne souhaite refaire l’expérience de Kermezzo (voir urbi de mai 2017)

Nous respectons le travail des forains et espérons le respect des horaires. Si un problème devait se présenter, n’hésitez pas à appeler la police  (au service des citoyens 24h/24h )  au n° 02 788 53 43

 

Etterbeek Conseil communal 26 mars : des chantiers difficiles et un corner.

  Encore des démissions et de nouvelles arrivées : Florence Pendeville quitte le Conseil du CPAS et revient à la Commune pour remplacer Christina Karkan partie sous d’autres cieux. Barbara De Campos- Palermo remplace Farda Tatou pour Groen/Ecolo.

 La soirée commence par l’interpellation enthousiaste de «1Bru/1vote» réclamant le droit de votes pour tous les résidents à Bruxelles lors des prochaines élections régionales de 2019. Rappelons qu’en octobre, il y aura des élections communales et que chacun espère une meilleure participation des Européens comme des étrangers qui disposent déjà du droit de vote mais l’utilisent peu.

 Un long débat de procédure s ’engage à l’occasion de l’approbation du PV de la séance précédente d’où il ressort que selon le Bourgmestre il n’y a pas eu de vote –ou du moins le vote espéré ?- sur la motion sur les visites domiciliaires déposée par le P.S et cosignée par DéFI (qui retire ainsi sa propre motion) le CdH et Groen/Ecolo. Dès lors cette motion peut être redéposée par le PS. Rachid Madrane (PS) absent demande le report de ce point à la prochaine séance. Rappelons que tout le monde avait bien compris que la motion en question avait été remplacée par un amendement unique de la liste du Bourgmestre bien voté par une majorité et faisant confiance au gouvernement fédéral. (Voir Urbi et Fourbi du 20 février).

 Plus curieux encore : le Collège -qui fait l’ordre du jour- y a inscrit une motion de Groen/écolo à propos de Belfius. Cette motion est jugée non recevable par… la liste du Bourgmestre ! C’est clair, il y a de l’eau dans le gaz et Groen/Ecolo se retrouve comme assommé ! Sans compter la colère contenue de Christophe Gasia (DéFI) qui a travaillé sur le dossier Belfius pour rien…

 Les cahiers des charges pour la restauration de la maison Hap, de l’orangerie et du jardin sont votés. Le groupe DéFI s’est abstenu en justifiant –avec l’aide de la Commission Royale des Monuments et des Sites-  que le projet révèle beaucoup de lacunes en matière de réflexion quant à la protection du patrimoine. Le travail a été fait à l’envers, sans penser la destination finale. Le geste architectural de l’escalier suspendu et de la nouvelle entrée par la rue Louis Hap coûtera cher et n’est pas accessible aux personnes qui auraient la moindre difficulté de marche ou d’équilibre, sans même parler des personnes handicapées en chaises. Pour l’Orangerie, DéFI a encore dénoncé la présence d’un équipement Horeca surdimensionné par rapport au quartier. Tous les autres groupes ont voté ces cahiers de charges balayant d’un revers de manche le suivi de chantiers qui s’annoncent difficiles…

 Clignotant pour le renouvellement de la pelouse synthétique du stade Guy Thys. Répondant à mes questions  de lanceuse d’alerte, Le Bourgmestre a répondu :  il y a bien des granulés de caoutchouc recyclé dans la pelouse actuelle  et on attend l’ordonnance régionale pour la nouvelle pelouse subventionnée. Les normes sont respectées (quelles normes ?), le dossier est envoyé à la Région ,on ne sait rien du risque pour la santé… On appelle cela un «corner», non ?

pelouse foot terrain synthétique.jpg

Etterbeek: la L.B soutient le gouvernement fédéral– Conseil communal 19 février –

Point chaud politique : la motion qui invite le Gouvernement fédéral à retirer son projet de loi sur les visites domiciliaires en vue d’arrêter une personne en séjour illégal. Cette motion est co-signée par le PS, DéFI, le CdH et Groen/écolo et brillamment argumentée par chaque chef de ces groupes. La liste du Bourgmestre dépose un amendement qui remplace la motion et « soutient la démarche de consultation du Gouvernement fédéral afin de préciser le cadre légal des visites domiciliaires ».

 Malgré la liberté de vote accordée par Vincent De Wolf à ses affidés, personne ne l’utilisera … et cet amendement passera par 17 voix (la liste du Bourgmestre) contre 15 (PS, DéFI, CdH et Groen/écolo). Une fois de plus le Collège (L.B., PS, Groen/E-écolo ) est divisé. Cela n’empêche pas d’exercer le pouvoir local.  

Point technique : DéFi pose une série de questions au sujet de la location pour 6 ans de « bâtiments modulaires » (conteneurs) à installer pour le 1er septembre rue Scampaert afin d’accueillir deux classes de l’école primaire « Colombe de la Paix ». L’échevin a juré qu’aucun arbre ne serait abattu et a retenu ma suggestion d’utiliser des citernes de récupération d’eau de pluie plutôt que de l’envoyer directement dans les plantations pour faire de la boue.

Réponses plus ou moins rassurantes au sujet de l’avenir du terrain ING au Cours St Michel (voir le post précédent). Le plan particulier d’affectation du sol (PPAS) du bloc 535 n’a pas été abrogé. Partagé entre bureaux (la fonction logement est autorisée) et espace vert public. Les gabarits vont de rez plus un étage  à rez plus huit étages . Il y a trois niveaux de sous-sol. Même si le ppas est abrogé ou modifié, l’espace vert devra être maintenu car il est inscrit dans le plan régional d’affectation du sol (PRAS).

Dans les cinq ans à venir, il faudra donc suivre les éventuelles modifications de ces plans, via enquêtes publiques.

Damien Gérard (CdH) s’inquiète de l’avenir du bâtiment acheté en vue de l’ extension de la maison de repos par Orpéa, place du Rinsdelle. La Commune a refusé le permis d’urbanisme. Depuis, plus aucune nouvelle.

 

Une de nos plus jeune conseillère communale Christina Karkan (L.B.) quitte Etterbeek pour raison privée. Elle a donc siégé pour la dernière fois. Son sourire nous manquera !

 

ING: Projet immobilier au Cours St Michel.

Texte de l’interpellation développée au Conseil communal d’Etterbeek ce 19 février par DéFI au sujet de l’annonce d’un projet immobilier au Cours St Michel:

La presse et les réseaux sociaux ont récemment rapporté l’accord intervenu entre ING et un groupe de promotion immobilière au sujet de l’avenir du site ING au Cours St Michel.

Il y a déjà bien des années, le Cours St Michel a représenté un modèle urbanistique intéressant dans la mesure où il a créé un espace nouveau via la construction d’une dalle sur la ligne de chemin de fer et l’ancienne gare de marchandise. Depuis le début, cet espace a été considéré comme un nouveau morceau de ville : entre la rue Père De Deken, le Pont Demany,  la rue de la Grande Haie, la rue de la Gare et le square de Merode. Encadré à l’époque, dans les années 1970, par le ppas du bloc 535, qui, si mes souvenirs sont bons, s’est retrouvé non conforme à des plans régionaux à valeur juridique supérieure.

En cinquante ans, cet espace a connu bien des bouleversements, des changements d’enseignes (GB est devenu Carrefour, les bureaux de Bull sont passés à la Commission européenne, les chantiers abandonnés par les investisseurs suédois sont devenus des logements. Il y a une galerie en principe commerçante. ING a repris la BBL et ne construit que 7 étages au lieu des 9 demandés, car la révolte gronde chez les Etterbeekois.  Le sous-sol est truffé de parkings.  La commune entretient vaillamment une petite pleine de jeux le long de la rue Père de Deken. La liaison piétonne entre la rue de la Gare et la rue Père De Deken continue à poser problème en traversant des espaces peu surs entre dalles branlantes et trous « surprises ».

 

Le bâtiment d’ING présente – d’après un magazine économique généralement bien informé – « 60.000 m2 de bureaux idéalement localisé, à proximité du quartier Mérode, au coeur d’un parc de 5 hectares. De quoi offrir un potentiel de développement de près de mille logements, sans parler du volet bureau. …On ne connait pas encore précisément les contours du projet de Besix Red et Immobel. On sait seulement qu’il s’agit d’un projet mixte mêlant résidentiel (principalement) et bureau, et que le bâtiment sera démoli. Un nouveau quartier sera aménagé, avec de nouvelles voiries.

Les deux développeurs ont en tout cas encore le temps pour peaufiner leur dossier et rentrer leur demande de permis, ING ne quittant pas tout de suite le Cours Saint-Michel. » Ce qui reste de personnel devrait en effet rejoindre le siège avenue Marnix.

Déjà des inquiétudes se sont exprimées quant à l’afflux de circulation … Elles sont sans doute prématurées tant les nécessités sont différentes s’il s’agit de bureaux, d’entreprises ou de logements.

Le projet d’un nouveau morceau de quartier existe, par un développement privé. On peut s’en réjouir mais il n’est pas trop tôt pour que le pouvoir public, notre commune, pense aux balises qu’il faudra mettre au projet. Comment y insuffler l’intérêt général ?

Dans le groupe DéFI, nous ne pensons pas qu’Etterbeek ait besoin de beaucoup de bureaux ou de logements luxueux avec multiples parkings. Etterbeek a besoin d’espaces verts, de terrains de jeux pour les enfants, d’espace pour construire de nouvelles écoles au lieu de remplir les cours de récréation avec des conteneurs….

Bref, le départ d’ING peut être vu comme une opportunité de négocier quelque chose de bien.

En raison de l’histoire complexe du site et du projet potentiel, je voudrais demander au Collège de dresser un portrait de la situation foncière et urbanistique de droit de la parcelle en question ainsi que des liaisons de cette parcelle avec le reste des bâtiments ou espaces aménagés sur le Cours St Michel y compris en sous-sol, et enfin, de nous dire si vous avez déjà eu des contacts avec les développeurs ou si vous comptez en prendre l’initiative ?

Suivi de l’interpellation de DéFI au sujet du projet immobilier au Cours St Michel :

Réponse du Bourgmestre sur base d’une note du service Aménagement du Territoire :

La propriété d’ING se développe sur 5 parcelles. Le bâtiment principal a été construit sur base d’un permis délivré en 1974 et est affecté en bureaux. Le site comprend 4 entités de gabarits allant de rez +1 à rez + 8 étages. Il comprend également 3 niveaux de sous-sol.

Au Plan Régional d’Affectation du sol (PRAS) le bien se situe en partie en zone administrative et en partie en zone verte. (…)

Le bien est également inscrit dans le périmètre du plan particulier d’affectation du sol (PPAS) du bloc 535 délimité par l’avenue de Tervueren, la rue Père De Deken, le pont du 4 aout, la rue de la Grande Haie, la rue de la gare et la rue Abbé Cuypers. Ce PPAS a été approuvé par Arrêté Royal du 4 février 1975.

Les affectations prévues pour le terrain sont celles de complexe de bureaux, zone de parc public non clôturée, jardins et terrasses accessibles au public sur sol artificiels.

Les gabarits prévus ont été construits.

Il est à noter qu’une partie du site est constituée d’une emphytéose au-dessus du chemin de fer (du côté rue Père De Deken).

A la connaissance de la commune, il n’y a pas de liaison en sous-sol. 

ING compte encore occuper le site durant 5 ans .

Pistes éventuelles de développement futur :

Le redéveloppement de ce site de 4ha implique la refonte (ou l’abrogation) du PPAS. En l’état l’affectation de bureau permet également la construction de logements. Néanmoins, les gabarits imposés par le PPAS sont très contraignants.

Même en cas d’abrogation de ce PPAS, la zone verte devra être maintenue puisqu’elle figure au PRAS. Le site bénéficiera donc toujours d’un espace vert accessible aux riverains.

Il est bien entendu souhaitable que le développement futur du site prévoie une ouverture sur le quartier, tant au niveau des circulations douces (piétons, cyclistes) qu’au niveau des activités offertes. Il convient d’éviter la création d’un quartier fermé et centré sur lui-même. Une connexion particulière avec le shopping du Cours St Michel devra être trouvée.

Commentaire : le groupe DéFI est heureux de savoir que le PPAS bloc 535 est toujours en vigueur et permet de passer de la fonction bureau à la fonction logement. Nous resterons attentifs à toute demande de révision ou d’abrogation du PPAS qui pourrait ouvrir la porte à une augmentation des gabarits – aujourd’hui contraignants – pour satisfaire le promoteur.

 

 

 

 

Carrefour et Guinguette d’Etterbeek

 Une soirée conviviale et festive pour célébrer la France (après le Maroc, la Pologne, l’Italie) a lieu ce soir dans la salle du Conseil de la maison communale d’Etterbeek.  Soirée sympathique tant les français se sentent bien chez nous. Nous parlons la même langue, partageons la même culture, cela rapproche.  On danse et fredonne….

P1090355.JPG

Mais la chanteuse articule ces paroles : « Je ne te demande pas de me donner des fleurs tous les jours mais de m’aider à faire les courses à Carrefour … »

Qui a écouté ? On était bien ensemble, juste un petit malaise après l’annonce du plan de restructuration de cette chaine de magasins  aussi bien en France qu’en Belgique.

Il y avait peu de Marocains, peu de Polonais, peu d’Italiens, pas de soudanais. Dommage pour une soirée destinée à célébrer la citoyenneté qui se traduit par un bulletin de vote.  Ils ne se sont peut-être pas sentis invités.

ETTERBEEK CONSEIL COMMUNAL 22 janvier 2018

 Petit conseil de rentrée où nous retrouvons de vieux dossiers. Le projet de semi-piétonnier au Rond-Point Schuman fait l’unanimité contre lui mais aucun acte administratif ne permet encore d’activer le recours qui reste en suspend.

En revanche, la décision de la majorité   d’aller en recours contre le projet régional d’aménagement du Bd Reyers (suivi du Bd Brand Whitlock et du square Montgomery) est retirée. La Commune a reçu les informations demandées à la Région et s’en trouve apaisée, donnant raison à DéfI qui s’était abstenu sur ce point.  (voir Urbi et Fourbi de décembre)

Retour aussi sur la friterie de la place Jourdan. Le loyer a été fixé avec une solide augmentation, permettant un retour sur investissement en 7 ans. Quant à la demande de placer des chaufferettes sur l’auvent, il n’est pas certain qu’elle soit acceptée. Il est vrai que cela n’améliorerait pas      l’esthétique de la friture…   

       Jourdan dec 2017.JPG

Jourdan projet.JPG

 

    (réalité versus dépliant publicitaire)

 

Un nouveau dossier : toutes les assurances de la commune vont faire l’objet d’une remise à plat avec appel à la concurrence. Un bureau spécialisé va aider la commune dans la rédaction du cahier des charges et l’appel d’offre au niveau européen. Le quasi monopole d’Ethias en service public risque donc de disparaître… Le monde et les temps changent. Le cahier des charges devrait être présenté au Conseil communal du mois de mars.

 Aléa de la vie du piéton, à l’aller comme au retour ce soir après le Conseil : pas un lampadaire public ne fonctionne rue des Tongres ! Merci aux commerçants qui laissent leurs vitrines allumées. Vite une visite sur le site de Sibelga pour mentionner la panne.

Etterbeek : Restauration de la Maison Hap

  

P1090224.JPG

La roue tourne pour la maison Hap, chaussée de Wavre 508-510 à Etterbeek. Devenue propriété communale et laissée à l’abandon, cette maison bourgeoise, étude du Notaire Hap, devient le projet phare du Contrat de Quartier financé par la Région et la Commune.

   Le bâtiment et le jardin sont classés (voir « Urbi et Fourbi » des 6.12.2017/12.09.2017/18.09.2016)

   Près de trois millions d’euros et vingt  mois de travaux… Un délicat chantier de restauration est en vue. Enfin !

   Le projet essaie de combiner le respect du patrimoine estampillé « 1905 » avec le confort contemporain.   Performance énergétique oblige : les gaines techniques pour le chauffage et ventilation prennent de la place. Un ascenseur remplace le monte-charge.

Au sous-sol : cuisine. Au rez de chaussée : accueil et salons pour évènements importants plus ou moins calmes. Au 1er étage : quelques petits locaux et le bureau des gestionnaires. Au 2nd étage : une grande pièce pour danser ? dans les combles : locaux techniques et appartement de concierge.

Tous les éléments du décor seront maintenus et restaurés.

L’avis de la Commission Royale des Monuments et Sites n’est pas encore public.

L’enquête publique sur la demande de permis d’urbanisme se tient jusqu’au 17 janvier. (dossier consultable de 9h à 12h au service de l’urbanisme)

La Commune organise une réunion d’information le 8 janvier à 19h à la maison communale (av.d’Auderghem 117)

Il faut penser aujourd’hui l’utilisation future de cette maison. Sa restauration est vue « comme un trait d’union entre le passé et le futur par la transmission de l’histoire de la Commune pour tous les habitants du Quartier ». Vaste programme….