Rond-Point Schuman: un auvent vert pour les pigeons ?

À la Une

L’enquête publique sur le réaménagement du Rond-Point Schuman est ouverte.

Le projet d’auvent va complètement briser l’axe de la rue de la Loi, depuis le croisement av. des Arts rue de la Loi en direction des arcades du Cinquantenaire. La Covid a permis à Eric Ostermann cette photo où les arcades et le parc sont le point de fuite de la perspective.

Pour ce projet, la Commission des Monuments et des Sites n’a pas été consultée, elle devrait l’être !

En appeler au caractère vert de cet auvent de 5m. de haut et de 40 m. de diamètre est une escroquerie intellectuelle, il sera vert en toiture c’est-à-dire pour les pigeons… mais « On n’est pas des pigeons ! » comme dit une célèbre émission TV.

La mise en semi piétonnier pose également des problèmes de renvoi de circulation vers l’avenue d’Auderghem et environs. La commune d ‘Etterbeek à déjà autorisé (en 2017) le Collège des Bourgmestres et Echevins a recourir au Conseil d’Etat contre cette situation si le permis devait être accordé.

Il ne faudrait pas que seuls les problèmes de circulation suscitent les oppositions de habitants. Les perspective historiques, les espaces verts demandent aussi des défenseurs.

L’enquête est ouverte   jusqu’au 15 octobre. Covid oblige, la consultation du dossier papier doit se faire sur rendez-vous (tel 02 2792929-dossier PUL4542020). Un dossier électronique est consultable sur le site de la Ville de Bruxelles ainsi qu’un formulaire de réaction (www.bruxelles.be permis d’urbanisme -enquêtes publiques)

de Tervueren 8-12 NOUVEAU PROJET GONFLÉ

Ce n’est pas une nouvelle tactique des promoteurs immobiliers : présenter un projet tellement choquant qu’il sera refusé, et revenir deux ans plus tard avec quelque chose de médiocre mais terriblement rentable.

Les immeubles 8-12 avenue de Tervueren risquent d’être les prochaines victimes de cette tactique à Etterbeek.

La vue sur le parc du Cinquantenaire se révèle être de l’or en barre. Un nouveau projet est à l’enquête publique jusqu’au 15 mars 2021.

Les plans sont visible sur https://openpermits.brussels/fr/enquetes_publiques  dossier 05/PU/1764593.

Il s’agit d’agrandir, de rehausser et rénover un immeuble afin de passer de 18 à 29 logements, en conservant les commerces au rez  et les 24 parkings en sous-sol. Amis cyclistes, soyez sans craintes, il y aura 63 emplacements vélos)

Ni l’architecte ni le demandeur n’est mentionné dans le dossier… de même pour l’éventuelle liste des dérogations au Règlement Régional d’Urbanisme mais on trouve le nom d’imodef sur l’affiche rouge  papier… Informatique quand tu nous tiens…  

Le bâtiment gonfle de volume, passant de 16.866 m3 à 21.059 m!      Rénovation très lourde qui dénature l’architecture de Jacques Saintenoy (années 1950) avec son doux arrondi vers le parc en harmonie avec le bâtiment en face n°1 av de Tervueren.

Arguer de la banalité de la rénovation du voisin n°2 pour faire de même ne me parait pas recevable.

Espérer un classement de la façade arrondie et obtenir des subventions me parait vicieux.

Les questions et avis sur le projet doivent être adressés à la commune :     urbanisme@etterbeek.be  ou tel 02 627 27 58

La réunion de la commission de concertation qui détient la clef de l’amélioration de ce projet en demandant – au moins – l’avis de la Commission des Monuments et Sites,  est prévue le 23 mars.   

Le petit rosier des voisins…

Pour 2021, je nous souhaite que le rosier des voisins ne gèle pas , ni en janvier , ni en avril…. Qu’il prospère au mois de mai, embellissant cet ilot urbain bien bruxellois mais qui pourrait se voir ailleurs. Que ses épines ne soient pas trop piquantes, que ses fleurs nous enchantent, qu’il grandisse encore pour l’année suivante…

Tout un symbole des bonnes relations dans le respect d’autrui. Un voisinage sans commérages mais avec un clin d’œil, même dans le deuil. Merci mes voisins et bonne année à tout le monde.

(photo prise en mai 2020 , dans le confinement et la tristesse)

Lumineux Cinquantenaire

parc du Cinquantenaire à Bruxelles – décembre 2020

Les travaux de mise en lumière avancent autour des bâtiments du  Parc du Cinquantenaire. Ils devraient s’achever au printemps 2021. Dans le cadre de l’accord de Coopération (entre l’ Etat fédéral et la Région  de Bruxelles-Capitale)  Beliris propose un éclairage respectueux du parc, de son architecture et de la nature.

La lumière sera variable selon les saisons et les jours. La nuit devrait rester la nuit. Les nouvelles techniques seront aussi plus économes en énergie.

Budget prévu : 1.580.000 €

Les travaux indispensables d’égouttage dans le parc, encore plus couteux mais   aux résultats moins visibles et moins rapides ne semblent pas à l’ordre du jour.

Extrait document Beliris :

« Les travaux comportent :

  • la suppression des projecteurs actuels, de leur câblage et des fixations existantes et la pose de nouveaux appareils aux abords des bâtiments ainsi que sur les sentiers de l’esplanade, l’Hémicycle et des Terrasses, ainsi que sur les bâtiments concernés
  • les essais préalables et les réglages à la fin du chantier
  • l’adaptation des installations électriques et l’installation d’’un système de gestion centralisée des éclairages publics et des illuminations »
Arcades du Cinquantenaire à Bruxelles – décembre 2020

Dinant – souvenir de De Gaulle.

Le souvenir du Général De Gaulle décédé il y a 50 ans est perpétué en Wallonie par un monument de style naïf, à côté du pont de Dinant sur la Meuse.

Pourquoi un monument à cet endroit ? Le 15 août 1914, les combats opposent allemands et français entre Anseremme et Houx.

Le Lieutenant Charles De Gaulle âgé de 23 ans  fait partie du 33ème régiment d’infanterie. Il est blessé d’une balle dans la jambe à Dinant.

Il rejoint le poste de secours dans le fonds de Foqueux à Onhaye et passera la nuit dans l’école des garçons d’Anthée. Soigné à l’ambulance du château d’Ostemerée (Serville) il rejoindra ensuite la France en train via Charleroi.

Ex-ING à Etterbeek un projet

Le cours Saint Michel, bâti sur une dalle qui recouvre chemin de fer et métro (entre Merode et Thieffry) va peut-être se renouveler lors du départ de la banque ING.

maquette du projet pour remplacer ING , vue de la rue Père De Deken

Devant 70 citoyens masqués, un vaste projet a été présenté ce 14 septembre à la commune d’Etterbeek avant le dépôt officiel des plans. Jolie maquette, film attrayant montrant un bâtiment tout en verre transparent et des espaces verts garnis de grands arbres…. Et 150 nouveaux logements rue Père De Deken. Les promoteurs Immobel et Besix ne ménagent pas leur peine pour exploiter les talents des architectes des bureaux Office et Jaspers-Eyes.

Il faut admettre qu’on est loin des craintes exprimées lors de la vente du bâtiment par ING. Dans le projet, la hauteur du bâtiment principal est identique à l’existant. L’affectation reste au bureau et non au logement. 

Les principales craintes des riverains se sont exprimées : manque de parkings, mur de verre qui remplace un mur de béton.

En effet, le promoteur anticipe une modification du règlement régional d’urbanisme pour diminuer le nombre de parking, 100 parkings pour 150 logements.

Les quelques riverains de la rue Père De Deken qui bénéficiaient d’une vue en percée à travers le site vont voir leur horizon bouché par les bâtiments de logements, même si ceux-ci sont construits en recul.

Les façades tout en verre du bâtiment de bureaux risquent de renvoyer des reflets lumineux éblouissants le jour et gênants la nuit si l’éclairage est prolongé.

Du point de vue du bien commun, il est également légitime de se poser quelques questions.

Le projet nécessite une modification ou l’abrogation entière ou partielle du plan particulier d’aménagement du sol (ppas) nommé « bloc 535 » et approuvé en 1975. Ce plan couvre toute la dalle depuis l’avenue de Tervueren jusqu’au pont Demany.  Toucher à ce plan est une décision politique qui incombe au Collège des Bourgmestre et échevins et à sa majorité. L’heure de vérité pour ceux qui défendent le caractère villageois d’Etterbeek… Bien qu’ancien, le ppas impose des gabarits très contraignants.

Néanmoins, le projet peut être l’occasion d’améliorer l’organisation du site et sa liaison avec la zone commerciale de Thieffry.  On peut aussi imaginer une révision des entrées métro, améliorer la plaine de jeux pour enfants, garantir l’usage public des espaces verts.  Le tout sans obérer les finances communales.

Pour le moment, le promoteur n’a pas de client pour son projet (c’est le jeu de la spéculation foncière avec ses risques). Pour la Commune, il n’est pas souhaitable d’avoir un occupant bénéficiant de la « main morte » c’est-à-dire ne payant pas de taxes locales.

Le chantier sera long, cinquante ans seulement après le premier sur cette dalle. Certains habitants se souviennent.

Beaucoup d’interrogations donc pour un projet qui n’a pas encore de consistance officielle. Vigilance et patience sont de rigueur pour tous !

L’Europe naîtra de tout cela…

Maison de Robert Schuman à Scy-Chazelles

Le 9 mai est la date choisie pour célébrer l’Union Européenne en souvenir de la Déclaration de Robert Schuman qui fait naître l’Europe. L’Europe a beaucoup d’actes de naissance, elle est en perpétuelle re-naissance. C’est le résultat d’une volonté politique, et non l’aboutissement d’un plan soigneusement médiatisé.

Robert Schuman, avocat et homme politique français né à Luxembourg, d’un papa lorrain et d’une maman grand-ducale, en 1886. Il s’installe en Moselle, à Metz, région de frontières variables s’il en est !

Il a presque 60 ans en mai 1950, et une carrière derrière lui.

Sous-secrétaire d’Etat pour les réfugiés dans le gouvernement de Paul Reynaud et nommé dans ces mêmes fonctions par Pétain. Il démissionne en juin 1940. Cet épisode lui vaudra d’être frappé d’indignité nationale en octobre 1944. Il a pourtant été incarcéré part la gestapo, sa tête mise à prix par les nazis. La libération n’a pas été un fleuve tranquille pour ce diplômé des universités de Bonn et de Munich, traité de « boche » par les communistes et dont certains gaullistes se méfient. On a besoin de lui et de Gaulle lève la mesure d’indignité. Robert Schuman redevient député. Il sera ministre des finances en 1946 et brièvement président du Conseil en 1947, puis ministre des affaires étrangères de 1948 à 1952.

En 1949, Jean Monnet, commissaire général au plan, sort le projet d’une mise en commun du charbon et de l’acier européens. Pour transformer ce projet en réalité, il faut une volonté politique forte dans plusieurs pays et quelqu’un qui ose se lancer…  Ce sera Robert Schuman, le 9 mai 1950.

A Scy-Chazelles, sur les hauteurs de Metz, dans sa maison achetée en 1924, on peut voir le texte dactylographié sur papier pelure, de la déclaration qui porte son nom.

« L’Europe naîtra de tout cela » peut-on y lire. L’accouchement n’est pas terminé !

100.000 € pour commerçants et/ou artisans à Etterbeek.

– Cent mille euros, c’est le montant prévu au budget 2020  de la Commune d’Etterbeek pour accorder des primes (jusqu’à 1.000€) pour les commerçants ou artisans de proximité qui s’installent ou sont déjà à Etterbeek. Il y a un « plus » de 500€ s’ils  présentent un projet d’utilisation des technologies informatiques (site internet, marketing…) et/ou si ce projet s’accorde à l’économie circulaire. Le règlement qui permet d’obtenir cette prime a été voté avant-hier avec le soutien des représentants de DéFI : Gisèle MANDAILA et Thierry MOMMER

Le règlement est disponible sur le site de la commune www.Etterbeek.be  ( pour le moment via l’onglet vos élus-conseil communal 17 février 2020-notes explicatives -point 4) et le formulaire d’inscription peut être demandé via classesmoyennes@etterbeek.be

– Cent mille salades, carottes et petits pois ? Les parcelles du potager prévu au Parc Jean-Félix HAP vont-elles pouvoir être cultivées dans l’ordre et la discipline ?

Il y aura 18 parcelles individuelles de 12m2 et 264m2 de parcelles collectives.

Un règlement compliqué a été proposé, par exemple dans l’idée de favoriser les familles nombreuses mais pas en leur donnant une parcelle plus grande. Pas convaincus par la pertinence des critères d’attribution, les conseillers DéFI se sont abstenus.

– Thierry MOMMER a soutenu Madame Bataille (CdH) dans son combat pour les orgues de l’église ND du Sacré-Cœur. Celles-ci ne sont plus utilisables pour raison de sécurité (risque de court-circuit et donc d’incendie).  Coût de la rénovation : 100.000€.  L’église fait partie du patrimoine de la commune et comprend quelques belles œuvres d’art (par exemple d’Anto Carte). Chaque année, des concerts ouverts à tous y sont donnés.

Il n’est pas certain que le Bourgmestre n’aime pas la musique…mais il explique a minima les obligations communales, rappelle que la commune a eu des frais de démolition de Ste Gertrude… Bref, 100.000€, c’est dur ! Affaire à suivre, dans la sérénité puisque la musique adoucit les mœurs.

BUDGETS: épines dans les buissons

Alors que la Banque Nationale publie son rapport annuel 2019, soulignant que les dépenses publiques (fédérales) sont – en principe – gelées au niveau du budget 2018, faute de gouvernement de plein exercice mais que le défi du vieillissement est toujours bien présent, les pouvoirs locaux – c’est-à-dire- les communes ont voté leurs budgets à temps et à heure.

Dans la Région de Bruxelles-Capitale, les finances locales semblent bien tenues avec un énorme soutien de la Région. L’autonomie locale financière est réduite. Raison de plus pour veiller au bon équilibre entre les dépenses indispensables et les recettes qui sont toujours à chercher dans les poches des citoyens. La loi dit que le Conseil communal délibère sur le budget.  Cela laisse un grand choix, mais il y aura toujours des choix à faire.

A Etterbeek, la majorité se vantera sans doute de choix en faveur d’un grand virage écologique… Il faudra sans doute du temps pour voir le résultat.

DéFI a constaté que le budget d’Etterbeek adopté en décembre 2019 comprend trois parties de dépenses :

  • les dépenses courantes, pour 106 millions dont 58 pour le personnel, 11 pour le fonctionnement et 13 pour le CPAS ;
  • les dépenses d’investissement (bâtiments, voiries) pour 4,5 millions ;
  • les dépenses spécifiques au projet des « Jardins de la Chasse », en déficit temporaire de 50 millions en attendant la vente des logements autour du nouvel hôtel communal.

Le résultat cumulé des années précédentes, en quelque sorte le bénéfice cumulé, s’élève à 30 millions, indice d’une bonne santé si toutes les recettes prévues ont été perçues.

Qu’en pense le Conseiller communal Thierry Mommer (DéFI) ?

D’abord, si la commune est en bonne santé, pourquoi les centimes additionnels que vous et moi payons sur l’impôt fédéral ne sont-ils pas diminués ? Ensuite, si bonne santé il y a, pourquoi Etterbeek reste-t-elle sous plan d’assainissement de la Région ? Enfin, qu’en est-il de la gestion des pensions du personnel dont le coût pourrait exploser ? Derrière l’arbre du contentement pourraient se cacher quelques épineux buissons.

DéFI s’est abstenu lors du vote du budget d’Etterbeek.