L’Europe naîtra de tout cela…

Maison de Robert Schuman à Scy-Chazelles

Le 9 mai est la date choisie pour célébrer l’Union Européenne en souvenir de la Déclaration de Robert Schuman qui fait naître l’Europe. L’Europe a beaucoup d’actes de naissance, elle est en perpétuelle re-naissance. C’est le résultat d’une volonté politique, et non l’aboutissement d’un plan soigneusement médiatisé.

Robert Schuman, avocat et homme politique français né à Luxembourg, d’un papa lorrain et d’une maman grand-ducale, en 1886. Il s’installe en Moselle, à Metz, région de frontières variables s’il en est !

Il a presque 60 ans en mai 1950, et une carrière derrière lui.

Sous-secrétaire d’Etat pour les réfugiés dans le gouvernement de Paul Reynaud et nommé dans ces mêmes fonctions par Pétain. Il démissionne en juin 1940. Cet épisode lui vaudra d’être frappé d’indignité nationale en octobre 1944. Il a pourtant été incarcéré part la gestapo, sa tête mise à prix par les nazis. La libération n’a pas été un fleuve tranquille pour ce diplômé des universités de Bonn et de Munich, traité de « boche » par les communistes et dont certains gaullistes se méfient. On a besoin de lui et de Gaulle lève la mesure d’indignité. Robert Schuman redevient député. Il sera ministre des finances en 1946 et brièvement président du Conseil en 1947, puis ministre des affaires étrangères de 1948 à 1952.

En 1949, Jean Monnet, commissaire général au plan, sort le projet d’une mise en commun du charbon et de l’acier européens. Pour transformer ce projet en réalité, il faut une volonté politique forte dans plusieurs pays et quelqu’un qui ose se lancer…  Ce sera Robert Schuman, le 9 mai 1950.

A Scy-Chazelles, sur les hauteurs de Metz, dans sa maison achetée en 1924, on peut voir le texte dactylographié sur papier pelure, de la déclaration qui porte son nom.

« L’Europe naîtra de tout cela » peut-on y lire. L’accouchement n’est pas terminé !

100.000 € pour commerçants et/ou artisans à Etterbeek.

– Cent mille euros, c’est le montant prévu au budget 2020  de la Commune d’Etterbeek pour accorder des primes (jusqu’à 1.000€) pour les commerçants ou artisans de proximité qui s’installent ou sont déjà à Etterbeek. Il y a un « plus » de 500€ s’ils  présentent un projet d’utilisation des technologies informatiques (site internet, marketing…) et/ou si ce projet s’accorde à l’économie circulaire. Le règlement qui permet d’obtenir cette prime a été voté avant-hier avec le soutien des représentants de DéFI : Gisèle MANDAILA et Thierry MOMMER

Le règlement est disponible sur le site de la commune www.Etterbeek.be  ( pour le moment via l’onglet vos élus-conseil communal 17 février 2020-notes explicatives -point 4) et le formulaire d’inscription peut être demandé via classesmoyennes@etterbeek.be

– Cent mille salades, carottes et petits pois ? Les parcelles du potager prévu au Parc Jean-Félix HAP vont-elles pouvoir être cultivées dans l’ordre et la discipline ?

Il y aura 18 parcelles individuelles de 12m2 et 264m2 de parcelles collectives.

Un règlement compliqué a été proposé, par exemple dans l’idée de favoriser les familles nombreuses mais pas en leur donnant une parcelle plus grande. Pas convaincus par la pertinence des critères d’attribution, les conseillers DéFI se sont abstenus.

– Thierry MOMMER a soutenu Madame Bataille (CdH) dans son combat pour les orgues de l’église ND du Sacré-Cœur. Celles-ci ne sont plus utilisables pour raison de sécurité (risque de court-circuit et donc d’incendie).  Coût de la rénovation : 100.000€.  L’église fait partie du patrimoine de la commune et comprend quelques belles œuvres d’art (par exemple d’Anto Carte). Chaque année, des concerts ouverts à tous y sont donnés.

Il n’est pas certain que le Bourgmestre n’aime pas la musique…mais il explique a minima les obligations communales, rappelle que la commune a eu des frais de démolition de Ste Gertrude… Bref, 100.000€, c’est dur ! Affaire à suivre, dans la sérénité puisque la musique adoucit les mœurs.

BUDGETS: épines dans les buissons

Alors que la Banque Nationale publie son rapport annuel 2019, soulignant que les dépenses publiques (fédérales) sont – en principe – gelées au niveau du budget 2018, faute de gouvernement de plein exercice mais que le défi du vieillissement est toujours bien présent, les pouvoirs locaux – c’est-à-dire- les communes ont voté leurs budgets à temps et à heure.

Dans la Région de Bruxelles-Capitale, les finances locales semblent bien tenues avec un énorme soutien de la Région. L’autonomie locale financière est réduite. Raison de plus pour veiller au bon équilibre entre les dépenses indispensables et les recettes qui sont toujours à chercher dans les poches des citoyens. La loi dit que le Conseil communal délibère sur le budget.  Cela laisse un grand choix, mais il y aura toujours des choix à faire.

A Etterbeek, la majorité se vantera sans doute de choix en faveur d’un grand virage écologique… Il faudra sans doute du temps pour voir le résultat.

DéFI a constaté que le budget d’Etterbeek adopté en décembre 2019 comprend trois parties de dépenses :

  • les dépenses courantes, pour 106 millions dont 58 pour le personnel, 11 pour le fonctionnement et 13 pour le CPAS ;
  • les dépenses d’investissement (bâtiments, voiries) pour 4,5 millions ;
  • les dépenses spécifiques au projet des « Jardins de la Chasse », en déficit temporaire de 50 millions en attendant la vente des logements autour du nouvel hôtel communal.

Le résultat cumulé des années précédentes, en quelque sorte le bénéfice cumulé, s’élève à 30 millions, indice d’une bonne santé si toutes les recettes prévues ont été perçues.

Qu’en pense le Conseiller communal Thierry Mommer (DéFI) ?

D’abord, si la commune est en bonne santé, pourquoi les centimes additionnels que vous et moi payons sur l’impôt fédéral ne sont-ils pas diminués ? Ensuite, si bonne santé il y a, pourquoi Etterbeek reste-t-elle sous plan d’assainissement de la Région ? Enfin, qu’en est-il de la gestion des pensions du personnel dont le coût pourrait exploser ? Derrière l’arbre du contentement pourraient se cacher quelques épineux buissons.

DéFI s’est abstenu lors du vote du budget d’Etterbeek.

PAD tours rue de la Loi

20191201_212522_resized

Si vous n’avez pas encore donné votre avis sur le projet de plan d’aménagement directeur (PAD) qui autorisera la construction de hautes tours rue de la Loi au détriment des perspectives dans l’axe de l’avenue de Tervueren-rue de la Loi , détruisant le paysage des arcades du Parc Cinquantenaire… sachez que vous n’êtes pas seuls : le Ministre Président du Gouvernement bruxellois : Rudi Vervoort n’a encore rien dit.

C’est du moins sa réponse à une question d’actualité posée vendredi 29 novembre par la parlementaire Marie NAGY (DéFI) qui relevait notamment l’avis extrêmement négatif de la Commission des Monuments et Sites qui lance même un cri d’alarme !

Le Ministre Président à répondu:

« La CRMS a émis un avis que nous prendrons en compte et auquel nous répondrons. Nous adapterons le projet en fonction des remarques qui pourraient apparaître comme pertinentes. Nous sommes dans un processus d’élaboration, mais je ne peux pas m’avancer quant aux réponses de la CRD. On me reprocherait alors d’intervenir dans un processus tel que prévu par le Code bruxellois de l’aménagement du territoire (Cobat). Je ne manifesterai donc pas d’intentions à ce stade-ci. »

Pour Mme Marie Nagy (DéFI).-«  Ce processus a démarré en 2008 avec le projet urbain Loi (PUL), qui a ensuite donné naissance au règlement régional d’urbanisme zoné (RRUZ), lui-même annulé par le Conseil d’État. Deux permis sont sans base juridique certaine. Cela fait beaucoup d’avertissements pour un projet qui, si je lis les avis déposés, interroge l’engagement de la Région concernant la ville durable, les réductions des émissions de CO2, la volonté de réutiliser plutôt que de démolir ou de reconstruire.

Je vous invite, mais je suis sûre que vous le ferez, à prendre en considération ces différents avis et, le cas échéant, à modifier le PAD prévu, voire à l’abandonner. »

Cinq communes doivent également donner un avis : Bruxelles-Ville, Ixelles, Woluwé-Saint- Pierre et Etterbeek ont déjà dit non.

Si vous êtes contre ce PAD, vous n’êtes pas seuls. Il reste encore quelques jours pour vous manifester auprès de l’administration qui gère l’enquête publique jusqu’au 5 décembre.

Il y a aussi la pétition en ligne :  www.bit.ly/padloi2019

(voir aussi Urbi et Fourbi du 5 octobre 2019)

Etterbeek: DéFi invite à passer des paroles aux actes autour d’une toiture.

   Le conseil communal du 14 octobre dernier était invité, à l’initiative de l’échevin Groen Jellema, à approuver plusieurs marchés publics dont un concernant le renouvellement et l’isolation de la toiture plate de la salle communale « Les blés mûrs », dans le parc de Fontenay-sous-Bois.

  Ce marché serait passé comme une lettre à la poste si DéFI, par la voix de Thierry Mommer, n’avait relevé que le matériau prévu pour l’isolation était du polyuréthane, issu de l’industrie pétrolière, polluant à sa fabrication comme à sa destruction vingt ans plus tard.

  DéFI, étonné de la contradiction entre cette proposition et la volonté affirmée de la majorité d’assurer la transition énergétique, a proposé que ce point soit postposé, le temps que le service des travaux propose une alternative durable et propre comme une isolation en liège. Une telle alternative pourra du reste être utilisée pour d’autres marchés publics etterbeekois.

  Il est à noter que le Bourgmestre a volontiers accepté le report du point.

 Nous vous tiendrons informés de la suite de ce dossier, espérant un épilogue non polluant. Ce petit billet tend à démontrer que parler d’écologie n’est utile que si les paroles sont suivies d’actes. Il est pour le moins étonnant de prendre un échevin écolo en flagrant délit de contradiction entre ce qu’il dit et ce qu’il fait. DéFI, qui s’inscrit résolument dans la transition énergétique, veillera à décrypter les cahiers des charges et à promouvoir le respect de notre environnement par l’utilisation d’alternatives non polluantes.

PAS de tours rue de la loi : SAUVER LA VUE des arcades du Cinquantenaire

P1100543

photo illustrant l’article du journal Le Soir du 19 septembre 2019

La simulation de la vue des projets de tours au-dessus et au travers des arcades du Cinquantenaire secoue aujourd’hui l’opinion publique. C’est la force d’une image qui cristallise un dossier déjà ancien.

L’implantation des institutions européennes à Bruxelles ne s’est pas faite sans dégâts urbanistiques et humains. Le fait est connu et les autorités bruxelloises essaient de réparer le quartier en introduisant des logements, des bureaux, des commerces, des espaces publics… la vie, quoi ! Cela a donné, depuis 2008 à une série de plans et de projets. Tout n’est pas à jeter mais le projet de plan d’aménagement directeur -Loi dit « PAD-Loi » est inquiétant à la fois pour sa méthode et pour son contenu.

Sa méthode : un plan d’aménagement directeur permet toutes les dérogations aux plans précédents. Souplesse administrative extrême, pas d’enquête publique pour chaque permis ultérieur… L’enquête sur le projet de plan directeur est donc le dernier moment de l’expression populaire démocratique et légale.

Son contenu ou plutôt son manque de contenu au sujet des vues à respecter au-dessus et au travers des arcades du Cinquantenaire. Le Cinquantenaire ne fait pas partie du périmètre du projet de plan. Cela ne doit pas justifier l’absence d’intérêt pour les vues.  Un vieil outil existe : c’est « l’Atlas des hauteurs limites » publié en son temps par le Ministère des Travaux publics. Il est destiné à la protection des vues depuis et sur certains lieux emblématiques de Bruxelles (Palais Royal, Grand-Place, Parlement, Cinquantenaire …). Une simulation de ces vues a été demandée lors de la réunion publique d’information de juin 2018, d’où la photo qui nous émeut aujourd’hui.

Pour traduire cette émotion dans une décision politique avec effet juridique, il faut participer à l’enquête publique, au moins sur ce point auquel on peut ajouter bien d’autres critiques…

À noter aussi que les tours existantes et trop visibles (bâtiment « The One » et « Realex »   en construction) pourraient voir leurs permis d’urbanisme annulé par le Conseil d’Etat (via l’annulation du Règlement zoné qui a permis leur construction). Si le projet PAD-Loi passe, elles pourraient se retrouver confortées.

Enquête publique du 7 octobre au 5 décembre 2019 (dernière date connue, car elle   a déjà été modifiée !)

 formulaire:https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSd8m-eQH3M9n079aiMxy-T2X8UH1dGCUjJe9G3uoty8QNrNhA/viewform?fbzx=6489609326446621848

Documents dans les communes d’Etterbeek, Bruxelles, Saint-Josse, Ixelles, Woluwé-Saint-Pierre

Et sur :   https://perspective.brussels/fr/projets/poles-strategiques/quartier-europeen

Démolition brutale av.de Tervueren 8-12 ?

InkedP1100206_LI

P1100204

photo: extrait dossier soumis à l’enquête publique- Bureau DDS+  –    coté  av de Tervueren

La démolition d’immeubles comme ceux du 8-12 avenue de Tervueren serait un choc, multiplié par le fait de :

– construire à la place un immeuble de 38 appartements et 4 commerces plus volumineux en style « brutaliste » très angulaire ;

– implanter 199 places de parking en souterrain, alors qu’il en existe déjà 27 ;

– creuser pour ce parking un trou de 14 m de profondeur ;

– se débarrasser  de la question esthétique au prétexte que chacun à ses goûts et ses couleurs ;

– ne pas respecter les voisins (dépasser la hauteur sous corniche, dépasser la profondeur du mitoyen à l’arrière du n°14 ) ;

– oublier l’existence des transports en commun dans l’allée latérale de l’av. de Tervueren pour la sortie parking;

– nier l’existence de l’autre rive de l’avenue de Tervueren et sa symétrie toute en rondeur ;

– oublier l’axe  Parc du cinquantenaire  – av. de Tervueren …

L’enquête publique sur ce projet brutal est en cours. La Commune d’Etterbeek organise une réunion d’information ce 6 juin. Je n’y serai pas.

La commission de concertation est prévue le 25 juin – dossier 10780

L’enquête publique ayant été prolongée, la réunion de la commission de concertation est reportée au 3 septembre.

Mise à jour:  la commission de concertation a émis un avis de 6 pages (consultables sur le site de la commune d’Etterbeek) qui se conclu de manière DEFAVORABLE .

Le promoteur a le droit d’aller en appel auprès de la Région.

P1100205

photo: extrait dossier soumis à l’enquête publique – Bureau DDS+ – côté Clos du Cinquantenaire

 

 

 

Boulevard Lambermont: Attention Piétons

photo Bruzz whatsapp_image_2019-02-05_at_08.23.13
(photo Bruzz)                                    

 

Beaucoup de monde répondait à l’appel de « 1030 /0  » ce matin entre 8h et 8h30 à l’arrêt « Héliotropes » sur le Boulevard Lambermont à Schaerbeek

Les piétons manifestent – sans bloquer la circulation – pour leur sécurité. Le terrible accident du 28 janvier à cet endroit (un feu défectueux, un excès de vitesse, une grand-mère et deux jeunes victimes) est la goutte qui a fait déborder le vase.

Bernard Clerfayt Bd Lambermont 2

(photo fcw)

Depuis des années, la Commune demande un meilleur aménagement de ce qui reste une autoroute urbaine. Bernard Clerfayt, Bourgmestre de Schaerbeek, l’a encore rappelé ce matin.  La vitesse reste excessive en voie centrale, le phasage des feux pas toujours favorable aux piétons, les îlots ou quais d’arrêts de tram trop petits pour le nombre d’usagers.